Dans un contexte de changement climatique, une équipe de l’Institut de chimie et biologie moléculaire et supramoléculaire (CNRS/Université Claude-Bernard Lyon 1/Insa Lyon/ESCPE Lyon) propose une nouvelle manière de valoriser le dioxyde de carbone :

la fabrication, en conditions vertes, de composés fluorés à haute valeur ajoutée, utilisés dans les industries pharmaceutique et agrochimique. Ces résultats sont publiés dans la revue Angewandte Chemie International Edition

Suite de l'article sur le site de l'Institut de chimie